nosy-be airport

Seranam-piaramanidina
Nosy Be

nosy-be airport

Seranam-piaramanidina
Nosy Be

AEROPORT D’IVATO-ANTANANARIVO : TEST DU PREMIER ACCOSTAGE D’AVION AVEC PASSERELLE REUSSI

L’équipe ORAT de Ravinala Airports, en charge du transfert du terminal international existant de l’aéroport d’Ivato-Antananarivo vers le nouveau terminal international, a dirigé un premier test dénommé « Early Operation » consistant à accoster une passerelle avec un vrai avion. L’exercice a été effectué en collaboration avec la compagnie Air Mauritius.

Le nouveau terminal international de l’aéroport d’Ivato-Antananarivo s’étend sur une surface de 17 500m² et dispose de 3 passerelles télescopiques. Elles peuvent s’allonger de 18 à 41m suivant le positionnement des avions sur le tarmac. Pour les connecter aux avions, des conducteurs de passerelles sont affectées à cette mission.

Au mois de janvier 2020, cinq collaborateurs malgaches – dont une femme – ont été en formation à Abidjan – Côte d’Ivoire, dans le cadre du partenariat avec CAMAS, organisme de formation spécialisé sur les activités aéronautiques et les métiers de l’aviation. Ils sont maintenant certifiés “Conducteurs de passerelles”, l’un des nouveaux postes spécifiques au nouveau terminal international de l’aéroport d’Antananarivo, et l’un des nouveaux métiers apportés à Madagascar par Ravinala Airports. Au cours de cette formation, ils ont pu s’exercer à la conduite de passerelles télescopiques permettant aux passagers d’accéder directement aux avions sans avoir à traverser le tarmac. 

Les passerelles font parties des éléments nouveaux qui attendent les passagers à l’arrivée à Ivato. Ce premier test, réalisé le 6 Mars, a permis aux conducteurs de passerelles de RAVINALA AIRPORTS, formés et certifiés dans le cadre du partenariat avec CAMAS, de faire ce premier accostage de passerelle sur le sol malagasy.

Toutes les compagnies aériennes ont été approchées par l’équipe ORAT de Ravinala Airports pour ce premier test, toutefois, Air Mauritius était la seule prête pour cette semaine, d’où l’ouverture de cette première phase d’early operation avec son équipe. D’autres tests avec d’autres compagnies aériennes seront effectués ultérieurement, selon la disponibilité de leurs équipes et avions.

Le test était réalisé avec le Vol A330-900 NEO, immatriculé 3BNBV d’AIR MAURITIUS, le même avion qui a transporté le Pape François. Le professionnalisme des pilotes et de l’équipe d’Air Mauritius à travers l’information des passagers à bord sur leur participation au test et la mise en place de la logistique autour de l’atterrissage et du décollage de cet avion a facilité

l’accostage. Le nouveau terminal international n’ayant pas encore été inauguré, le traitement des passagers s’est fait au terminal international existant. MGH (Madagascar Ground Handling) a ainsi pris part à cet exercice en transférant les passagers vers le terminal international existant avec des bus et en mettant en œuvre le traitement des bagages. Les coûts de ce test, ont, quant à eux été supportés pour une grande partie par Ravinala Airports.

Ce premier accostage a été un succès grâce à la collaboration effective de toutes les entités concernées, comme le témoignent les responsables :

Monsieur Vincent PERROT, Directeur ORAT,  a déclaré : « Ce premier test d’accostage passerelle avec un vrai avion sur le sol malagasy est une réussite grâce à l’effort combiné de l’équipe ORAT et de toutes les équipes au sein de Ravinala Airports. Au nom de Ravinala Airports, je tiens à remercier nos conducteurs de passerelles pour ce test réussi mais aussi et surtout Air Mauritius, MGH et toutes les entités aéroportuaires qui ont répondu favorablement à notre demande pour ce premier early operation. Ceci n’est que le premier test, et nous serons honorés d’accueillir les autres compagnies aériennes que nous avons précédemment approchées, pour les futurs tests et bien évidemment, selon leur disponibilité ».

Selon Madame Lilia MIKA, Country Manager Air Mauritius : « Air Mauritius est honoré d’apporter sa contribution dans ce test. Nous sommes convaincus que la mise en service de ce nouveau terminal international est une affaire de tous. Chaque effort, chaque action ou collaboration est bénéfique non seulement pour l’image de l’aéroport mais aussi pour Madagascar, un pays dans lequel nous opérons depuis des années. »